Histoire et patrimoine

PATRIMOINE CULTUREL DE LA COMMUNE

L’EGLISE

L’Eglise Saint Magloire

Le centre religieux de Luzéoc fut transféré au XVIème siècle à son emplacement actuel. Sa construction a débuté en 1576 et l’église fut mise en service en 1585. Le cimetière situé sur le côté sud sera désaffecté en 1866 et transféré rue du Menez Hom.

Suite au bombardement du 3 septembre 1944 et à la destruction partielle de l’église, seuls le clocher, de type cornouaillais à une chambre sans galerie datant du XVIème siècle, le fenestrage du chevet et la longère sud jusqu’au transept ont été conservés lors de sa reconstruction. L’église a perdu ses piliers de type roman que l’on trouve dans les églises voisines (Argol et Saint-Nic).

La nouvelle église en forme de croix latine a été consacrée le 15 avril 1951 par Monseigneur Fauvel. Son clocher, classé aux monuments historiques, qui menaçait de s’écrouler a dû être déposé en 1958 pour consolidation jusqu’au niveau inférieur des cloches (la 1ère de 94 kg date de 1837, la seconde de 112 kg a été réalisée en 1893).

A l’intérieur :

  • L’autel à pavillon du XVIIème siècle, disloqué lors du bombardement, a été restauré et a repris la place qu’il occupait à l’origine.
  • 14 statues polychromes du XVIème au XVIIIème siècle, dont près de la moitié sont issues de la chapelle de Lanjulitte
  • 3 sablières (1663) et 2 entraits (1667) de la chapelle de Lanjulitte

La fondation du Patrimoine se mobilise à nos côtés pour préserver le patrimoine à TELGRUC. Vous pouvez y souscrire :

EOST : ETUDES OUVERTES SUR TELGRUC-SUR-MER

L’association EOST qui signifie “moisson” en breton et aussi “Études Ouvertes sur Telgruc” a été créée en 1997 avec pour objectif la promotion et la transmission du patrimoine historique et culturel de la commune par l’édition d’ouvrages sur l’histoire, la géographie, le patrimoine, l’environnement, la langue bretonne, etc.
Les premières activités sont l’organisation de fest-noz et surtout de randonnées destinées à rapprocher les habitants de la commune et les estivants, et aussi de leur faire connaître les trésors cachés du petit patrimoine local.
En 1998 et 1999, EOST organise avec la cinémathèque de Bretagne des séances de cinéma présentant des films tournés dans les années 1920 en Bretagne et dans la presqu’île de Crozon, puis pendant la guerre et le bombardement du bourg de Telgruc en 1944, ainsi que des films d’amateur.
Ensuite, l’association se tourne vers l’organisation de diverses conférences culturelles en hiver, de randonnées commentées en été et de l’édition de livres sur la commune, dont le premier paraît en juin 2000.
Ces livres constituent les archives d’une mémoire collective, ainsi qu’un lien entre les générations passées et à venir.
Depuis 2012, des après-midi de conversation en langue bretonne ont lieu une fois par mois le mercredi de 14 h à 17 h au foyer des jeunes.

EOST

Krouet eo bet ar gevredigezh EOST e Terrug e 1997 gant ar pal lakaat war wel ha treuzkas glad istorel ha sevenadurel ar gomun en ur embann levrioù diwar-benn an istor, ar geografiezh, an endro, ar brezhoneg,…
Da gentañ zo bet aozet festoù-noz ha baleadegoù evit sevel darempredoù etre tud ar gomun hag ivez gant tud eus an diavaez, dezho da anavezout gwelloc’h teñzorioù hor glad bihan.
E 1998 ha 1999 e ra EOST war-dro abadennoù sinema gant skoazell Filmaoueg Breizh o tiskouez filmoù bet troet e Breizh hag e gourenez Kraozon er bloavezhioù 1920, da vare an eil brezel bed ha da vare bombezadeg Terrug e 1944 hag ivez filmoù hiniennoù.
Da c’houde e ra EOST war-dro prezegennoù sevenadurel er goañv, baleadegoù en hañv hag embannadurioù levrioù, an hini kentañ o tont er-maez e 2000.
Talvezout a ra al levrioù-se kement ha dielloù ur memor hollek hag ul liamm etre ar rummadoù tud tremenet ha da zont.
Abaoe 2012 e vez dalc’het ingal abadennoù e brezhoneg ur wech beb miz d’ar merc’her etre div eur ha pemp eur goude merenn e ti ar re yaouank.
Emezelañ : 8 €
Titouroù : blog EOST : eostelgruc.canalblog.com
06 64 96 45 50 pe en ur skrivañ da yannber.kemener1@orange.fr, pe da dud ar burev meneget uheloc’h.

Ouvrages d’EOST en vente dans le commerce ou par correspondance

Levrioù EOST da brenañ er stalioù pe dre ar post :

Promenade littorale – War bord ar mor – 2000

Promenade scolaire – War hent ar skol – Histoire de l’école de Telgruc-sur-Mer de 1845 à 1958 – 2003

Balades entre terre et mer – Goueded Terrug – 2006

Telgruciens au cœur de la Grande Guerre – Tud Terrug e-kreiz ar brezel bras – 2008

– En bon espoir – chronique d’un bourg breton – Buhez bourk Terrug gwechall – 2012

La vie sous l’Occupation – Ar vuhez da vare an Okupasion – 2013

Tragique méprise – 3 septembre 1944 – Droukfazi skrijus – 3 a viz Gwengolo 1944 – 2014

Destins croisés 1939 – 1945 – Planedennoù kroaz 1939 – 1945 – 2015

La reconstruction 1945 – 1960 – An adsevel – 2016

Balades entre voie romaine et voie ferrée – Baleadennoù etre an hent-meur hag an hent-houarn – 2017

Promenades à la campagne – Pourmenadennoù e gorre Terrug – 2018

Plaisirs d’antan – Plijadurioù gwechall – 2019

Herbiers des plantes locales – Louzaoueg plantennoù ar vro – 2013

LE MOULIN DE LUZEOC

Six moulins à vent, sur les 97 recensés dans la presqu’île de Crozon, étaient situés sur la commune de Telgruc-sur-Mer au 19e siècle. En 2012, il n’en restait plus que deux en ruine : le moulin de Quinivel (Quatre chemins) et celui de Luzéoc (dit Pen ar Stang du temps de ses premiers propriétaires qui habitaient ce village).

HISTORIQUE

Les recherches effectuées permettent de dater la construction du moulin vers 1835. Le premier meunier s’appelait Jean Marchadour, époux de Louise Labasque. Le moulin resta dans cette famille jusqu’en 1872. Puis c’est en 1887 que le dernier meunier Noël Keravel l’acheta et y travailla jusqu’aux environs de 1915, date à laquelle son fils Yves fut tué à la guerre. Nous estimons que le moulin a alors cessé toute activité de meunerie.

Laissé à l’abandon (voir la photo du moulin en 1925), il est considéré comme étant en ruine en 1926 lors de sa sortie des matrices des propriétés bâties. Il est ensuite racheté en 1972 par la famille Nedelec/Jaffredou qui en fait un lieu de villégiature.

Lors de sa mise en vente en 2012, l’association EOST incite la commune Telgruc-sur-Mer à s’en porter acquéreur afin de le restaurer. Les municipalités successives et l’association EOST mènent à bien la reconstruction à l’identique de ce
moulin à vent qui est le seul ouvert au public sur le secteur de la presqu’île de Crozon et du NordFinistère, avec le concours financier du Conseil régional, du Conseil départemental et de 150 donateurs par l’entremise de la Fondation du patrimoine. Cette reconstruction a bénéficié du prix régional Bretagne-Pays de Loire des Rubans du patrimoine organisé par cette dernière et la fédération française du bâtiment.


PRESENTATION DU MOULIN

Le moulin à vent actuel est la réplique d’un ancien moulin construit vers 1835 sur la partie haute (cadastrée H 589) d’une grande parcelle appelée autrefois «Poull ar c’hleun» (l’étang du talus).

Cette parcelle qui se trouve entre les villages de Pennkêr-Le Kaon à l’ouest, Penn-ar-Stank à l’est et Lezuoc, ou Luzeoc, au nord-est s’est ensuite appelée tout naturellement ar veil aël (le moulin à vent). Il est construit aux quatre vents, er seizh avel, avec une vue imprenable au sud sur la baie de Douarnenez.

Il s’agit d’un moulin tour d’une hauteur de 5,8 m, portant une coiffe conique pivotante d’une hauteur de 2,6 m posée sur une couronne de bois (sablière dormante). Au sommet, une girouette représente un phénix, oiseau fabuleux renaissant toujours de ses cendres, symbole de la commune avec les armes de la famille noble de Rosmadec.
Son diamètre intérieur est de 3,85 et les murs ont une largeur de 85 cm au rez-de-chaussée et 65 cm à l’étage, soit un diamètre extérieur de 5,55 m. La hauteur totale avec les ailes atteint 13,4 m. Ces dernières ont une envergure de 13,15 m.
Il a été reconstruit exclusivement avec les pierres d’origine qui se trouvaient sur le terrain. A l’exception de la couverture de la coiffe, effectuée en bardeaux de châtaignier (chaume à l’origine) et de la hauteur des portes (1,90 m contre 1,65 m), les autres caractéristiques d’origine du moulin ont été respectées.

La coiffe pivotante d’un poids de12 tonnes environ, qui est actionnée au moyen de la guivre, est seulement posée sur la sablière dormante fixée au sommet de la tour. Les travaux de charpente et de menuiserie intérieure sont l’œuvre de Gilles Morio, charpentier amoulageur (spécialiste des moulins) de Plerneuf (22) qui y a consacré à 1 800 h.

Depuis l’inauguration du moulin en juillet 2016, 8 700 visiteurs, reçus par une dizaine de bénévoles, ont franchi son seuil, afin de mieux connaître le métier ancestral des meuniers et d’apprécier la qualité du travail de reconstruction réalisé de nos jours par des artisans bretons.

En conclusion : Un témoignage vivant de l’histoire locale et un formidable élément d’attractivité pour la commune de Telgruc-sur-Mer.

FONTAINES ET LAVOIRS DE LA COMMUNE

Fin septembre, avec l’aide de Yann Bêr Kemener et Christian Moureaux, nous avons fait le tour des fontaines et lavoirs très nombreux sur la commune (cf livres n° 1 ; 3 et 10 d’EOST). Nous en avons dénombré une dizaine de chaque.
Le but de cet inventaire est d’organiser l’entretien de ces richesses patrimoniales et, par la suite, d’arriver à baliser un circuit touristique des fontaines et lavoirs.
Ces édifices seront tout d’abord dégagés et rafraîchis par l’association d’insertion « Graines de Presqu’île » puis entretenus, nous l’espérons, par des initiatives citoyennes.
Recensement et état des lieux des fontaines et lavoirs de Telgruc réalisé en 2021 et 2022

1 – Fontaine et lavoir de San(t) Kotten, rue de Rosmadec (cf livre d’EOST n° 10 pages 109 – 111) : ne contient pas d’eau pour éviter les noyades accidentelles d’enfants. Propre mais en ciment.

2 – Fontaine et lavoir de San(t) Divi, au bout de la rue de Saint-Divy (cf livre d’EOST n° 10 pages 111- 113) : les abords sont correctement entretenus, mais le lavoir en ciment a été détruit depuis longtemps pour laisser place à un espace vert avec une plaque apposée jadis dans le cadre d’un aménagement touristique du pays de Menez-Hom et du Porzay. On n’en voit plus que quelques vestiges. Une tête dont personne ne sait d’où elle provient a été scellée dans la niche de la fontaine dans les années 1990 .

3 – Entre Kerguiriou (Kergariou) et le blockhaus qui domine la plage de Traezh-Beleg vers l’ouest se situe un lavoir alimenté par les eaux provenant de la falaise. C’est à cet endroit que les habitants de Kerguiriou lavaient leur linge autrefois.

4 – Plus loin vers la pointe de Penn ar Vir et la plage de Traezh-Bihan, une source est bien cachée dans les taillis (cf. livre d’EOST n° 1 page 65, n° 30). Il s’agit de la fontaine de Feunteun ar Roz (la fontaine du coteau). Les tôles qui servaient de protection se sont effondrées lors de la chute d’un arbre. C’est un endroit qu’il faudrait peut-être préserver tout en le nettoyant. On peut l’ouvrir sur le sentier de randonnée, en espérant que le site ne soit pas abîmé.

5 – Lavoir du Kaon (cf. bas de page 46 du livre d’EOST n° 3) qui a été refait en béton lors de la dernière guerre. Actuellement, il est à sec pour éviter les accidents et l’envahissement par des plantes aquatiques. Un tuyau permet à l’eau de la fontaine située en amont et qui n’est jamais à sec de s’écouler jusqu’au ruisseau en aval qui descend de Menez Luz pour déboucher au Ped. La fontaine et le lavoir se situent sur un terrain communal.

6 – En remontant vers le bourg, un autre lavoir était situé au fil de l’eau sur cette même rivière à l’embranchement de la route qui descend de Luzeoc et qui mène vers le camping des Mimosas. C’est là que les femmes des familles de Christine Hoarau et de Georges Fouest venaient laver leur linge dans les années 1950. Il est actuellement complètement enfoui sous la végétation. (On pourrait le réhabiliter et y faire passer le chemin qui longe le ruisseau tout du long depuis le Ped jusqu’au bourg, alors qu’il est coupé actuellement. Pour cela il faudrait voir sur le cadastre, si les propriétaires riverains n’ont pas annexé une bande de terre communale le long du ruisseau.)

7 – Plus haut vers le bourg existait aussi un lavoir non aménagé dans une prairie rue Foenneg Noter (Mater), dont la photo se trouve page 56 du livre d’EOST n° 3. Il se situe sur un terrain privé.

8 – Lespiguet : Le lavoir est nettoyé par les nouveaux riverains. L’écoulement et les abords pourraient être entretenus par la commune.

9 – Mengleuff (Ar Veugleuz) : La fontaine et le lavoir sont entretenus par Guy Euzen et les riverains. Très bel endroit.

10 – Penn-ar-Guer : La fontaine se situe dans la propriété privée de Bernard Raoult en bas d’un champ appelé Park ar feunteun : le champ de la fontaine (cf. haut de page 102 du livre d’EOST n° 10).

11 – Sur le même ruisseau en amont se trouve la fontaine de Feunteun Ven (cf. page 52 du livre n° 10, n° 230) bordant la rue du même nom. Elle avait été nettoyée par nos soins lors de la journée citoyenne du 26 mai 2018, mais elle est de nouveau complètement envahie par la nature. Pourtant les travaux de tonte des bas-côtés ont été effectués le long de la route.

12 – Un lavoir avait été aménagé à l’est de la gare (cf. carte page 33, livre d’EOST n° 10, parcelle n° 530) pour recevoir les eaux d’écoulement qui passent sous un ponceau au-dessous de l’assiette de l’ancienne voie de chemin de fer. Actuellement il est visible, mais on pourrait nettoyer les abords.

13 – Un autre lavoir se situe plus près de Kernon sur la droite au bord du petit chemin qui mène de l’ancienne voie ferrée au village. Il est actuellement enfoui sous la végétation, des arbres ayant poussé sur le fond qui était cimenté. Les environs avaient été élagués pour permettre aux randonneurs de l’apercevoir lors de la journée de la Bretagne en mai 2022.

14 – Dans le haut de Telgruc (Gorre Terrug) la fontaine et le lavoir de Kerliver, qui se situent sur un terrain communal, sont entretenus par Bernard Riou. Ce lavoir non bétonné a un caractère patrimonial et écologique bien plus important que ceux qui servaient uniquement à laver le linge et qui ont été bétonnés afin que le linge ne soit pas sali par la boue de l’endroit, car de petits batraciens y vivent et s’y sentent bien.

15 – Luzeoc : Le lavoir en bas du village en direction de Kerlevean est complètement recouvert par la végétation. Le travail effectué en 2018 n’a pas été poursuivi et donc la nature a repris ses droits. Il s’agissait d’un rouissoir à lin ou à chanvre (cf parcelles 139 et 140 p. 64, livre n° 3). C’est aussi à cet endroit que se passe l’histoire de Catherine Lazare qui était bien connue des anciens et qui est relatée aux pages 65 et 66 de ce même livre.

16 – Penn ar Roz près de Rostegoff : il se trouve actuellement à gauche de la route qui descend de Rostegoff à la grève de Porzh Avel (cf. n° 400 page 89 du livre n° 3). Autrefois la route passait au-dessus et le lavoir se trouvait donc en contrebas. C’est à cet endroit que Joseph Kersalé avait fait tomber un Allemand dans le lavoir et s’était enfui par la suite (cf. p. 125, 126 livre n° 6).
Lors des travaux de la nouvelle route, une buse avait été placée sous la route pour évacuer l’eau du lavoir, mais elle avait été mise trop haut, de sorte que le lavoir est entièrement recouvert d’eau et on ne voit plus les bords ni les emplacements où les lavandières lavaient leur linge, ce qui faisait tout son charme.

17 – Lenn skluz (l’étang de l’écluse) à Rosmadec. Jeannette L’Helgoualc’h, née Thomas, se souvient de son emplacement. Il était encadré par des margelles de pierres consolidées par du ciment pour pouvoir s’y agenouiller et laver le linge. Une fois, quand elle était enfant, une de ses copines était tombée dans le lavoir et avait sali sa robe. Les filles avaient eu l’idée de la nettoyer à l’aide de cendre qui était alors utilisée comme détergent. Mais la robe fut encore plus salie et la fille fut grondée à son retour à la maison.

Cette liste n’est pas exhaustive. On trouvera certainement d’autres fontaines et lavoirs en lançant un appel aux habitants.

Jean-Pierre Quéméner

LA GENEALOGIE :

C’est en Bretagne qu’on trouve le plus de généalogistes.

Les Bretons ont une forte identité, il n’y a qu’à regarder le nombre de drapeaux bretons qu’on peut voir à la télévision lors de manifestations sportives, politiques… La généalogie est un moyen de prouver cette identité. … Oui, la généalogie est une passion bretonne. La fédération française regroupe environ 48 000 adhérents d’associations de généalogie. Le quart d’entre eux, soit 12 000 personnes, se trouve dans la Bretagne historique, à cinq départements. Et sur ces 12 000 généalogistes bretons, 5 300 sont Finistériens !
Le Centre généalogique du Finistère donne rendez-vous dans les locaux de la mairie de TELGRUC SUR MER à partir du 16 novembre 2022
Des bénévoles de l’annexe de Crozon du Centre généalogique du Finistère (CGF) se tiendront désormais à la disposition des Telgruciens le troisième mercredi de chaque mois, à partir du 16 novembre 2022, de 14 h à 16 h, dans la mairie, pour les aider à réaliser ou compléter leur arbre généalogique.
L’adhésion au CGF favorise l’accès à des documents, et cela peut permettre de débloquer des généalogies longues. Outre les répertoires comportant le recensement de tous les actes d’état civil de la commune depuis l’an 1706 (naissances, mariages, décès), l’association met à la disposition de ses adhérents une base de relevés d’actes concernant le département du Finistère, riche de plus de 11 millions de relevés.

Aller au contenu principal